lundi 20 février 2012

Bilan 2011 et perspectives 2012 (suite) : certains prédisent la fin du monde (sic), mais pas celle du papier !


En 2012, la bataille des "géants" va s’accélérer : 
  • Montée en puissance de Rakuten avec Kobo et de Facebook (peut être même conjointement, cf leur partenariat sur reading life). A ce sujet, un article intéressant à lire sur Wired: ici
  • En parallèle, Apple va lancer son iPad 3, Google très certainement sa tablette. Sur le marché Français, lancement de google e-book France (le lancement au UK a eu lieu en octobre dernier)
  • Amazon ouvrira ses premières boutiques physiques à Seattle... avec peut être un téléphone mobile, qui sait ?

L'offre de livres enrichis va continuer à se développer au delà des livres - applications pour notre plus grand bonheur 
  • Les secteurs concernés : la littérature jeunesse et la non-fiction mais toujours sans business model à date (cf mon post sur le sujet: le livre enrichi est mort, vive le livre enrichi!)
  • Pour résoudre le problème de distribution lié au format applicatif, de belles perspectives avec epub 3 et le développement du html 5
Tous les acteurs vont continuer à chercher à être en lien direct avec le client final, le lecteur ...
  • Développement de l’auto- édition en direct ou via Amazon, Google et Apple
  
Source: IfBookThen conference, présentation en or consultable ici.
  • Explosion des frontières territoriales: avec le numérique, une distribution mondiale est possible pour un éditeur anglo-saxon... Une menace importante pour les éditeurs français (la part de la traduction représente 15% de la production commercialisée en France et 40% dans le roman). Source: chiffres clés du CNL.

Les difficultés des libraires vont s'intensifier et le secteur de l'édition se consolider
  • Pour les petits, comme les gros (Fnac, Virgin),  un nouveau modèle de librairie à inventer...  Sur le sujet, une analyse fine sur le blog d'Hubert Guillaud, la Feuille, à lire absolument : La  fin de la librairie
  • Consolidation du secteur en France avec le rachat de Flammarion (même si la rumeur a été démentie)

Pour le lecteur, on l'espère, une offre plus riche, ce qui ne signifiera pas la fin du papier!
  • L’explosion du livre numérique ne signifiera aucunement la fin du papier! Pour plus d'infos: étude de référence de l'Idate sur le sujet reprise dans Livre Hebdo
 
  • Développement de modes de consommation "hybrides" chez les gros lecteurs
  • Via le numérique, ralliement de nouveaux publics qui avaient tourné le dos au papier. Cf mon post sur le sujet : Comment faire (re)venir à la lecture les digital natives

Aucun commentaire:

Publier un commentaire